voir Plus
    vendredi, 16 avril 2021
    31 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    🛑 Focus : alerte sur la chertĂ© de la vie, et si l’Etat rĂ©duisait ses dĂ©penses d’abord

    En moins de deux semaines, le premier ministre chef du gouvernement et le prĂ©sident de la rĂ©publique ont annoncĂ© avec vigueur que « les prochaines annĂ©es seront dures pour les GuinĂ©ens ». C’est d’abord Kassory Fofana qui a donnĂ© le ton lors du premier forum de concertation entre le gouvernement et le secteur privĂ© qui a eu lieu Ă  Conakry mercredi 17 mars.

    Lire : Secteur privé : le diagnostic, les regrets et les assurances du PM Kassory Fofana | Guinéenews©

    Ensuite, ce dimanche 28 mars, c’est au tour du chef de l’Etat Alpha CondĂ© d’annoncer aux populations de Fria que « nous allons souffrir cette annĂ©e ». C’était lors de la visite des zones riziĂšres, apparement prometteuses  (200 hectares) dans la capitale de l’alumine, Fria pour tenter d’assurer l’autosuffisance alimentaire aux GuinĂ©ens.

    Lire aussi : Fria : retour sur la visite d’Alpha CondĂ© Ă  Tormelin (discours)

    Ces deux discours ne sont pas anodins. Car, ils donnent dĂ©jĂ  le ton sur l’orientation de la dĂ©claration de politique gĂ©nĂ©rale du premier ministre prĂ©vue le 7 avril prochain devant les dĂ©putĂ©s au Palais du peuple. Il faut bien prĂ©parer les esprits, dit-on.

    En outre, cette alerte lancĂ©e par les deux tĂȘtes du pouvoir exĂ©cutif guinĂ©en n’a rien de surprenant quand on sait que l’Etat sur fonds propres a organisĂ© deux Ă©lections en GuinĂ©e en 2020 : les lĂ©gislatives le 22 mars et la prĂ©sidentielle le 18 octobre. Une premiĂšre en GuinĂ©e. DĂšs lors, la position nette du trĂ©sor public guinĂ©en, c’est-Ă -dire sa capacitĂ© de paiement ou sa surface financiĂšre est devenue trĂšs affaiblie.

    Alors, si les GuinĂ©ens doivent serrer la ceinture ce qu’ils ont d’ailleurs toujours fait au regard de la chertĂ© de la vie qui les attend en lien non seulement avec la pandĂ©mie du coronavirus mais aussi du mois de ramadan qui se pointe Ă  l’horizon, l’Etat, pour faciliter les choses devrait, lui-aussi, rĂ©duire son train de vie. Cela va de la diminution du parc d’automobiles et des crĂ©dits allouĂ©s pour le carburant Ă  la suspension de la rubrique (achats d’autres biens et services contenus dans le budget national de dĂ©veloppement BND – soit un montant de plus de 4 mille milliard de francs guinĂ©ens) ainsi que d’autres dĂ©penses et allocations spĂ©ciales de crĂ©dit non visibles.

    Toujours pour faciliter les choses et donner de bons exemples, les institutions rĂ©publicaines, la PrĂ©sidence de la rĂ©publique et la Primature, devraient Ă©galement accepter de rĂ©duire leurs fonds de souverainetĂ© estimĂ©s Ă  plusieurs centaines de milliards de nos francs. Elles devraient serrer la ceintures elles-aussi. Ça y va dans l’intĂ©rĂȘt de chacun et de tous pour abrĂ©ger les souffrances des populations. DĂ©jĂ , la dĂ©cision du prĂ©sident interdisant les paiements publics en liquiditĂ© et en chĂšque Ă  partir du 1er mai 2021 est salutaire une maniĂšre de sĂ©curiser les recettes publiques.

    « Gouverner autrement » devrait aussi dire « donner de bons exemples » pour uniformiser la galĂšre entre gouvernants et gouvernĂ©s. Que chacun fasse ses devoirs, c’est une question de responsabilitĂ© individuelle et collective !

     

    À LIRE AUSSI

    PUBLIREPORTAGE