Guinée : Alpha Condé appelle à l’exécution des décisions de justice

mars 23, 2019 3:21

Mercredi 20 mars, en inaugurant le tout premier tribunal de commerce de la Guinée, le Président Alpha Condé a touché à certaines faiblesses de la justice guinéenne. « J’ai bien écouté notre président, Lamah (le président du tribunal de commerce). C’est bien de créer le tribunal, mais faudrait-il que les juges soient correctes et qu’ils rendent exactement la justice, c’est-à-dire, qu’ils soient indépendants de l’argent », a exhorté le Président de la République avant de toucher à la problématique de l’inexécution des décisions de justice en Guinée.

« Il ne suffit pas de rendre justice. Faudrait-il que la décision judiciaire soit appliquée », a déclaré le Président Alpha Condé. Et d’enchainer : « or, qu’est-ce que nous constatons. Il y a des hommes d’affaires qui portent plainte, ils gagnent en première instance, ils gagnent en appel, ils gagnent à la Cour suprême, mais la décision n’est pas exécutée. Est-ce que cela va encourager les gens à aller devant la justice ? […] Pourquoi on n’oblige pas ses débiteurs (de l’homme d’affaires) à payer ».

Pour Alpha Condé, il faut non seulement que les juges soient indépendants de l’argent et des pressions familiales ou ethniques, mais il faut aussi que leurs décisions soient appliquées. « Il y a non seulement la capacité des juges et leur volonté d’appliquer effectivement la loi, de juger en leur âme et conscience et non pas en fonction de l’argent, mais il faut aussi que les décisions judiciaires soient appliquées », a dit le chef de l’Etat.

Il faut souligner qu’en  Guinée, l’inexécution des décisions de justice surtout les huissiers de justice. En 2017, huissiers et magistrats avaient eu une série de rencontres avec les chefs de quartier de Conakry pour les sensibiliser sur l’exécution de justice dans leurs quartiers respectifs. « Les justiciables ne sont pas satisfaits de la justiceNi le bénéficiaire de la décision de justice, ni le condamné ne sont contents de la décision de justice », disait en janvier dernier Me Lounceny Camara, porte-parole des huissiers de justice de Guinée à l’occasion de la cérémonie des vœux de nouvel an au ministre Me Cheik Sako.